Dans solution, il y a sol

 

Les sols sont des héros discrets et leur fonctionnement est la base de toute vie sur terre. C’est pour mettre en lumière ce rôle majeur que la FAO (L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture) a reconnu 2015 comme Année internationale des sols. Le lien entre sol et climat est évident, et FNE souhaite que le rôle déterminant des sols dans la lutte contre le changement climatique soit reconnu comme tel.

 

Le sol est une ressource non renouvelable, d’une grande richesse et d’une vaste diversité. Outre l’eau, et l’alimentation, il nous fournit les habits que nous portons, nous le transformons pour construire nos maisons, nous utilisons ses micro-organismes pour nous soigner…

 

 

Nous les grignotons et piétinons jusqu’à épuisement

 

La pression sur les sols est constante et multiple. Lorsqu’une collectivité décide de construire une zone commerciale sur des terres agricoles, elle altère notre capacité à nous nourrir. L’artificialisation des sols réduit aussi fortement leur capacité à absorber l’eau et favorise les inondations. Lorsqu’un agriculteur travaille selon des pratiques intensives (labours profond, irrigations, produits chimiques…) et laisse ses sols nus en hivers, il abîme la vie du sol, celle qui en fait une "bonne terre". Les activités industrielles et minières nous laissent en héritage des sols pollués qui deviennent nuisibles à l’homme. Comme pour la lutte contre le changement climatique, la protection de cette ressource précieuse s’impose à nous. FNE interpelle l’Etat pour que des mesures de préservation et de restauration des sols s’insèrent dans chaque politique publique.

 

 

Intégrer la protection des sols dans nos pratiques quotidiennes

 

Il revient à chacun de réfléchir à son impact sur les sols et repenser ses pratiques. Les citoyens doivent réorienter leurs choix de consommation, les collectivités doivent prendre le sol et sa qualité en compte lorsqu’ils dessinent les politiques d’aménagement, l’Etat doit développer une politique de protection et de restauration des sols. Par son action, la France pourrait relancer une dynamique européenne sur les sols.

 

 

Pour Denez L’Hostis : "un premier pas vient d’être franchi avec l’initiative 4/1000 qui plaide pour une augmentation du stockage de carbone dans les sols de 0,4% par an. Cette initiative fédératrice a attiré l’attention de beaucoup de pays du sud qui y voient un outil de lutte contre la malnutrition. Les sols ont trop longtemps été ignorés. Il est temps que nous nous occupions d’eux comme ils s’occupent de nous."

 

Contacts presse

Solène Demonet, chargée de mission du réseau Risques et Impacts Industriels, 01 44 08 77 87

 

 

 

Inscription Newsletter

captcha 
herisson.png

Se connecter