FNE - Pesticides: une autre agriculture est possible

Le salon de l’agriculture ouvre ses portes le 27 février 2016 sur le thème d’une agriculture et d’une alimentation citoyennes. Alors que nos aliments sont chargés en pesticides, France Nature Environnement souhaite mettre en lumière les initiatives des agriculteurs qui parviennent à réduire l’usage des produits phytosanitaires tout en restant compétitifs.

 

Des attaques répétées contre le plan Ecophyto

Ces dernières semaines ont été marquées par des attaques répétées d’une partie de la profession agricole contre le plan Ecophyto, qui vise à réduire de moitié l’utilisation des pesticides en France d’ici 2025. Une réduction vraiment impossible ? FNE veut ici rappeler que sur le terrain, de nombreux agriculteurs démontrent chaque jour le contraire, des témoignages probants sont accessibles: leurs témoignages est accessibles à tous sur le site internet du Réseau Dephy.

 

Des agriculteurs engagés dans la réduction de l’usage des pesticides

- P.S. céréalier dans le Cher sur 138 ha, a réduit de 40% l’usage de pesticides en introduisant de nouvelles cultures dans sa rotation et en détruisant des mauvaises herbes par le labour. Il a réduit ses charges et augmenté sa marge brute.

- M.M. viticulteur sur 5,5 ha en Gironde, a quant à lui réduit de 66% l’usage de pesticides, grâce, entre autres, à la mise en place et à l’observation de pieds de vignes témoins non traités pour y voir apparaître les maladies. Il passe plus de temps à observer ses vignes mais gagne du temps sur les traitements.

- J-P.L producteur de fruits destinés à l’alimentation des bébés sur 18,5 ha dans les Alpes maritimes a réduit ses traitements de manière spectaculaire : moins 76,5%. Une surveillance accrue des vergers, la mise en place d’habitats favorables aux prédateurs des ravageurs, le désherbage mécanique et la pulvérisation d’argile lui ont permis d’obtenir ces résultats. Son rendement n’a pas été pénalisé.

- P.G producteur de porcs et de grandes cultures sur 47 ha dans la Sarthe, est passé en bio en 2009. Il ne pratique plus aucun traitement phytosanitaire. Il a diversifié ses cultures et a mis en place un désherbage mécanique. Son système est plus performant économiquement qu’avant.

 

Pour Jean-Claude Bévillard, responsable des questions agricoles à FNE : « Nous en avons assez d’entendre un discours défaitiste de la part d’une partie de la profession agricole sur la réduction de l’usage des pesticides. La réduction est possible, elle existe sur le terrain, et doit maintenant se diffuser au plus grand nombre. Agriculteurs mais aussi distributeurs, organismes de conseil et Chambres d’Agriculture en sont directement responsables.»

 

Télécharger ce communiqué en format PDF.

Inscription Newsletter

captcha 
LOUTRE.png

Se connecter