Belleville sur Loire: vers une piscine de déchets nucléaires?

Retrouvez l'article complet de Nature et Environnement en Nièvre ici ou ci-dessous.

 

C’est le site Reporterre qui en février révélait ce projet de EDF qui n’a pas démenti tout en précisant que Belleville faisait partie de la dizaine de sites susceptibles d’être choisis….

Nicolas Hulot a confirmé l’existence de ce projet, l’absence pour le moment de sa localisation et qu’il fera l’objet d’une consultation du public

Pourquoi ces piscines ?

La France a fait le choix de traiter les combustibles usés (cas aussi du Japon, de la Russie) pour en extraire le plutonium et l’uranium afin de les réutiliser.

Mais avant le retraitement il faut refroidir ces combustibles ce qui est assuré par l’entreposage en piscine sous plusieurs mètres d’eau.

A cette fin chaque centrale dispose d’une piscine de désactivation où séjournent pendant quelques années les combustibles usés qu’elle produit. Ils sont ensuite envoyés à l’usine de retraitement de la Hague où ils vont à nouveau devoir séjourner en piscine durant 3/4ans avant leur traitement éventuel.

Le problème c’est que les capacités de stockage des quatre piscines de la Hague arriveront à saturation (en l’absence de tout incident technique…) entre 2025 et 2035 (Plan national de gestion des matières et des déchets radioactifs.-PNGMDR-). Elles contiennent déjà 10.000 tonnes de combustibles usés pour une capacité qui serait de 12.350 tonnes D’où la solution sur laquelle planche EDF construire un nouveau bassin centralisé, qui pourrait devenir après La Hague, le deuxième plus grand site de stockage de France de déchets hautement radioactifs et exhauthermiques….d'une capacité d’environ 8000 tonnes.

Ce projet est en fait en préparation depuis 2013 date à laquelle l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) a demandé à EDF de réviser sa stratégie en matière de gestion et d‘entreposage du combustible usé en vue de répondre aux besoins de stockage et de renforcer la sûreté. Le dossier est à l‘instruction et comme à l’accoutumée c’est la loi du silence ! un moyen de retarder le plus possible la consultation du public ?

Pourquoi à Belleville/Loire ?

Il y a de la place : sur l’enceinte de 170 ha 4 réacteurs étaient prévus, 2 ont été construits ; par ailleurs EDF vient d’accroître ses réserves foncières autour de la centrale . Situation géographique idéale : au centre de la France. Présence d’un raccordement direct au réseau ferroviaire qui limitera le transport par route.

Quel type de déchets ?:

La piscine de Belleville accueillerait en priorité les combustibles du Mox usé. Le MOx est un mélange de plutonium 8,5% (issu des combustibles usés retraités à la Hague) et d’uranium appauvri 91,5% (un sous-produit de l’enrichissement de l’uranium).Sur les 58 réacteurs, 36 fonctionnent à partir d’oxydes d’uranium enrichi (l’usine est à Tricastin) et 22 en partie (30% maximum) avec du combustible MOx (seul l’EPR de Flamanville est conçu pour fonctionner avec 100% de MOx). Il est fabriqué à l’usine Melox de Marcoule (la seule au monde…)

Rappelons que le MOx était destiné aux réacteurs à neutrons rapides type Superphénix qui ont tous été abandonnés. Et que la France a décidé de l’utiliser pour les réacteurs à eau fonctionnant normalement avec du combustible à l’uranium enrichi, dans le but d’offrir un débouché au plutonium issu du retraitement et à l’uranium appauvri et d’économiser de l’uranium enrichi.

Mais le MOx présente de graves inconvénients en raison du plutonium (ingrédient de la bombe atomique…): il est beaucoup plus chaud et beaucoup plus radioactif que les combustibles à l’uranium (avant utilisation un million de fois plus radioactif).

Une fois usé le MOX doit donc refroidir beaucoup plus longtemps dans les piscines. Actuellement il n’est pas retraité après utilisation en raison de la mauvaise qualité du plutonium qu’il contient et du coût élevé du traitement. Il est donc stocké à la Hague (1200 tonnes) pour un éventuel emploi ultérieur dans les réacteurs de quatrième génération à neutrons rapides….plus qu’ hypothétiques !.

Créer un nouveau bassin de stockage dédié prioritairement au MOx usé de l’ensemble des centrales nucléaires (150 tonnes par an) à Belleville, bien loin de la Hague pourrait annoncer un renoncement à retraiter un jour ce combustible (sinon pourquoi ne pas construire une nouvelle piscine à la Hague ?). Dès lors déchet nucléaire sa destination serait un stockage définitif dans un site type Cigeo à Bure… mais compte-tenu de ses caractéristiques ( chaleur et radioactivité) celui-ci ne pourrait pas avoir lieu avant une cent cinquantaine d’années…. de séjour en piscine dont il faudra refroidir l’eau en permanence pour éviter tout relâchement de matière radioactive dans l’atmosphère. Ce qui implique d’importants et prélèvements en Loire s’agissant de Belleville auxquels s’ajoutent les rejets chauds très préjudiciables pour la biodiversité en période estivale, notamment pour la migration de certaines espèces. Problème qui ne peut que s'aggraver avec le réchauffement climatique.

La future piscine devrait donc recevoir entre 6000 et 8000 tonnes de métal lourd irradié soit l’équivalent de 69 à 93 cœurs de réacteurs nucléaires de combustibles hautement radioactifs et brûlants stockés dans l’eau durant des années jusqu’à leur réutilisation ou, si le retraitement était abandonné jusqu’à leur enfouissement définitif à Cigéo après avoir passé des dizaines d’année en piscine (plus de cent pour le MOx et 60 pour le combustible uranium) !.

Greenpeace vient une fois de plus alerter contre la vulnérabilité des piscines nucléaires ( absence de barrière de confinement, attaques extérieures, chute d’avion..) au moyen d’un lancement de drone contre la piscine du Bugey.

Il est annoncé que la future méga piscine devra être « bunkériser » avec une double coque en béton, protection inexistante à la Hague !.

Un rapport de la commission Barbara Pompili sur la sûreté et la sécurité nucléaire en France remis le 5 juillet au parlement pointe les risques que présentent les 19 centrales, solidité des murs en cas d’attaque terroriste, résistance des piscines, transport des matières radioactives, recours aux sous-traitants, vieillissement des installations alors qu’on prolonge leur durée de vie. La commission énonce 33 propositions et demande au gouvernement de définir le calendrier de fermeture des réacteurs....

Il serait temps qu’il y ait un débat sur cet entêtement de la France à vouloir traiter les combustibles usés qui l'a menée dans une impasse et l'a conduit à continuer de construire des piscines et une poubelle souterraine.

Alors qu’il existe une solution semble t-il moins coûteuse et assurément moins dangereuse  adoptée par la majorité des pays nucléarisés: le stockage à sec des combustibles usés, en surface ou en subsurface (faible profondeur) près des réacteurs (donc pas de transport) dans des conteneurs.

L’ironie c’est que –Orano- ex filiale d’AREVA passé sous son giron conçoit ce type de conteneurs et vante cette méthode quelle livre clefs en main notamment aux Etats-Unis qui en sont très satisfaits !

En fait la question nucléaire se réinvite en permanence dans l'actualité française.

Est organisée cet été Une grande marche:le nucléaire en question de la Hague à l'Assemblée nationale du 27 juillet au 28 août.

pour information :http://lagrandemarche.org/des-conferences/

A la fin de l'année il doit avoir y avoir un débat national sur la gestion des déchets nucléaires ?. Mais n'est -il pas joué d'avance ? Puisque sont déjà prévus et l'enfouissement à 500 mètres de profondeur ( la moins mauvaise des solutions selon N.Hulot) et le site, Bure pour recevoir les déchets les plus radioactifs ou à vie longue !.Et que par ailleurs on sait que quand est organisé un débat sur le nucléaire la décision est déjà prise !. Il vise en fait à la faire accepter.

Le nucléaire a été vendu aux Français comme le meilleur des choix:il était sûr, propre et pas cher !!!!! aujourd'hui on noie la question nucléaire et ses risques au nom du climat.

Consulter les Français sur ce choix par référendum est toujours exclu et s'y ajoute un grave déficit d'information sur la sécurité de cette énergie.

Quant à la future piscine géante, l'opacité qui l'entoure devrait se dissiper en partie sous peu :puisque EDF doit déposer son dossier de demande d'autorisation pour sa création avant fin décembre 2020, ce qui implique un lancement rapide du débat public qui doit la précéder. Ce dossier n'est donc pas clos quel que soit le lieu choisi....

voir pétition sur

https://www.change.org/p/edf-stop-au-projet-de-d%C3%A9charge-nucl%C3%A9aire-%C3%A0-belleville-sur-loire

https://www.cyberacteurs.org/cyberactions/projetdedechargenucleaireniabellevi-2184html

                                                                                                        J. Thevenot

Inscription Newsletter

captcha 
herisson.png

Se connecter