Les compteurs communicants Linky : On like ou on dislike ?

Pourquoi l’installation de ces compteurs ?

     La réduction de notre consommation d‘énergie fossile est actuellement indispensable. Il faut opérer une mutation énergétique en produisant une énergie verte au plus bas coût possible. Pour cela, une des possibilités est de repenser le réseau électrique afin de s’adapter aux nouvelles problématiques : développer des réseaux intelligents ou « smartgrids ». C’est à dire un réseau de distribution d’énergie (électricité, chaleur, etc.) qui, à l’aide de technologies informatiques et de télécommunication, optimise le transport de l’énergie entre le lieu de production et de consommation, et qui permet une meilleure gestion de l’énergie.

     En 2009, afin de promouvoir l’efficacité énergétique, l’Union Européenne recommande aux entreprises d’électricité « d’optimiser l’utilisation de l’électricité, par exemple en proposant des services de gestion de l’énergie, en élaborant des formules tarifaires novatrices, ou le cas échéant, en introduisant des systèmes de mesure ou des réseaux intelligents » (1Journal officiel de l’Union européenne, Directive 2009/72/CE, chap II, §11). L’annexe 1.2 de ce texte nous informe que la mise en place de système intelligent doit être soumise à une évaluation à long terme de l’ensemble des coûts et des bénéfices, pour le marché mais également pour le consommateur. Une étude doit également être réalisée afin de savoir quel modèle est le plus rationnel économiquement et le moins coûteux. Après cette évaluation, les états membres fixent un calendrier qui s’étend sur une durée maximale de 10 ans. Si l’évaluation est favorable, l’Union européenne estime que 80% des clients seront équipés de systèmes intelligents de mesure d’ici 2020.

     La loi de transition énergétique pour la croissance verte du 17 août 2015 (2Legifrance) s’appuie sur 6 grands objectifs (réduction des émissions de gaz à effet de serre, diminution de la consommation d’énergies fossiles, diminution de la part de nucléaire, augmentation celle des énergies renouvelables,…). Vous trouverez la totalité des objectifs sur le site du gouvernement (3). L’objectif final étant de créer un cadre d’action commun avec une plus grande visibilité des actions pour tous.

     Cette loi officialise la généralisation des compteurs intelligents comme Linky et Gazpar dans les ménages. Le but de ce projet pour le gouvernement est de permettre « une meilleure information sur la consommation d’énergie » (3). En effet, en offrant aux usagers une information en temps réel, le but est de les responsabiliser sur leur consommation et ainsi de réduire la consommation d’énergie.

     En France, le compteur Linky a commencé à être envisagé dès 2007 par Enedis (ancien ERDF). La phase expérimentale a eu lieu entre 2009 et 2010. Au total, 300 000 compteurs ont été expérimentés (4). L’objectif est d’installer 35 millions de compteurs d’ici 2021. Le coût de la l’installation se chiffre à 5 milliards d’euros selon le Ministère de l’environnement, de l’énergie et de la mer (5).

Comment ça marche ?

     Le compteur Linky est un compteur électrique télé-paramétrable et communicant (6Ademe). Il est capable de stocker et de véhiculer de l’information vers l’amont ou vers l’aval (donc soit vers le gestionnaire, soit vers le client). Il existe également un compteur intelligent pour le gaz, le compteur « Gazpar ».

Linky comment ca marche ademe

Source Enedis

     Le compteur Linky a deux grandes familles de fonctions :

  • La fonction de métrologie (c’est-à-dire le paramétrage, les mesures, le comptage)
  • La fonction de pilotage (par exemple l’arrêt ou le démarrage de certains usages comme le chauffage ou l’eau chaude)

     Enedis nous explique que ce compteur a de nombreux avantages pour les particuliers ou les collectivités. On peut les trouver cités sur les nombreuses pages qu’il y consacre sur internet (7exemple). Voici la liste de ces avantages :

  • Effectuer les actions à distance : la venue d’un technicien ne sera plus nécessaire pour plusieurs interventions simples, tout comme, la présence de l’usager. Ces actions pourront se faire directement via le réseau : relevé de la consommation, mise en marche ou fermeture, modification de la puissance du compteur. Ces actions seront donc réalisées plus rapidement, et cela va permettre de diminuer le prix des prestations.
  • Mieux maîtriser la consommation : ce point est bénéfique à plusieurs niveaux. Pour l’usager qui va pouvoir suivre sa consommation de façon quasi instantanée et pourra ainsi mieux la comprendre et agir pour la maîtriser. Ce compteur aura donc un rôle de sensibilisation. Mais également, à l’échelle plus large d’un territoire, pour une collectivité par exemple qui pourra ainsi avoir une meilleure vision de la consommation électrique.
  • Faciliter l’insertion d’électricité renouvelable : l’autoproduction individuelle sera visible par le particulier avec un compteur unique qui enregistre la production et la consommation (contre deux actuellement)(8). À plus grande échelle, il va également permettre l’insertion d’électricité renouvelable, au fonctionnement plus intermittent. En gérant le réseau lors des pointes, grâce au pilotage à distance des appareils les plus consommateurs d’électricité chez les particuliers, la consommation pourra être lissé. Cela évitera le recours à des modes de production fortement émetteurs de CO2 comme les centrales thermiques (pétrole, gaz, charbon).
  • Facturation sur la base de données réelles : actuellement la facturation d'électricité se fait majoritairement sur des estimations calculées à partir du relevé effectué une ou deux fois par an par un technicien. Ce mode de facturation va éviter les rattrapages de facture.
  • Améliorer la gestion du réseau : la connaissance plus poussée du réseau va permettre de diagnostiquer plus facilement les pannes. L’identification des lieux de perte va également permettre de faire des économies en diminuant les fraudes et les vols d’électricité.

Mais alors pourquoi tant de critiques ?

     Le réseau Linky est la proie de nombreuses critiques portées par des associations comme Robin des toits (9). Cet article a pour but de faire le point sur les différents arguments contre ce projet et d’essayer de les comprendre. Cependant, il ne rentrera pas dans les détails techniques du fonctionnement des compteurs.

  • Compteur qui disjoncte plus fréquemment : le compteur Linky est plus sensible que les anciens compteurs, il imposerait donc de souscrire à un abonnement avec une plus forte puissance et donc plus cher. En effet, pour l’instant les compteurs ont une tolérance qui fait qu’ils « ne disjonctent pas systématiquement lorsque la puissance appelée dépasse celle de l’abonnement » (Alain Bazot, président de l’UFC-Que Choisir) (10).
  • Le consommateur va payer les compteurs : plusieurs sources (11/12) indiquent que l’installation de ces nouveaux compteurs ne coûtera rien aux clients. Selon le Ministère de l’environnement, de l’énergie et de la mer, le modèle économique du compteur est équilibré sur sa durée de vie de 20 ans. Les gains vont compenser les coûts de déploiement. En effet, 1,7 milliards d’euros d’économie devrait être fait grâce aux interventions à distance. De plus, 1,9 milliards d’euros devrait être économisé par la suppression d’un tiers des volumes fraudés. Cependant certains de ces volumes « fraudés » sont simplement dus au manque de justesse des compteurs actuels comme vu précédemment. C’est donc bien le client qui va payer en partie ces compteurs car il va devoir souscrire à un abonnement avec une plus forte puissance et donc plus cher.
  • Dangerosité des radiofréquences : le nouveau réseau fonctionnera avec 2 systèmes de communication.

fonctionnement

Source ERDF
  • Les compteurs communiquent de façon filaire via le réseau de distribution d’électricité. Le CPL (Courant Porteur en Ligne) est utilisé pour aller du compteur Linky jusqu’aux concentrateurs. Ces radiofréquences CPL sont déjà utilisées chez nous pour mettre en réseau des appareils électriques comme les volets roulants ou encore les prises CPL. Plusieurs études (CRIIEREM, ANSES13, ANFR) ont été réalisées afin de connaître la dangerosité de ces ondes, mais elles n’ont pu mettre en évidence aucun risque réel. Cependant, elles ont travaillé uniquement sur les dangers à court terme et sur des critères précis comme la distance ou encore la durée d’exposition. Elles ne prennent pas en compte la très forte présence de ces compteurs et leur proximité au quotidien.
  • Les concentrateurs envoient les informations par ondes au centre de gestion (les mêmes que celles utilisées par les téléphones portables). Ces ondes ont quant à elles été classées comme « peut-être cancérogènes pour l’homme » par le CIRC (Centre International de Recherche sur le Cancer) en mai 2011(14).
 
  • Linky provoque des incendies : il y a eu 8 cas d’incendies en France sur 300 000 compteurs installés lors de la phase d’expérimentation. Ils auraient été causés non pas par le compteur en lui-même, mais par un mauvais serrage mécanique des câbles d’arrivée électrique. Ce serait donc un problème d’installation et depuis, la nouvelle version du compteur déployé ainsi qu’un meilleur suivi de l’installation devrait limiter ce risque. (15)
  •  Pannes d’appareils électroniques : des pannes auraient été constatées dans des logements équipés de Linky. Pourtant, le Laboratoire National d’Essais (LNE) a qui a été confié la tâche de qualification des compteurs assure que Linky répond à la norme CE en matière de compatibilité électromagnétique (16).
  • Protection des données : c’est un des problèmes majeurs soulevés par les opposants au compteur Linky. Deux points distincts sont en jeu. Tout d’abord, la vie privée des citoyens ne l’est plus vraiment car ce compteur va connaître et enregistrer de nombreuses informations sur leur quotidien. Selon Enedis, ces courbes de charge pourront être transmises à des fournisseurs ou à d’autres prestataires qu’avec le consentement du client (17). Mais quelles seront les démarches à faire afin d’empêcher la transmission des informations ? Et jusqu’à quand seront-elles privées ? Ces informations pourront être vendues à des entreprises pour réaliser du marketing direct grâce à du data mining (science qui traite des données pour en extraire des informations pertinentes). Un second point est celui du piratage des données. D’après Enedis (18), leur protection est assurée car les informations recueillies sont sécurisées et cryptées de la source jusqu’au fournisseur. Nous savons que cela est faux car de nos jours tout peut se pirater, même les banques, aux systèmes de sécurité très développés.
  • Perte d’emplois : 10 000 emplois durables vont être supprimés avec la réalisation d’action à distance. Enedis nous informe que 10 000 emplois vont être créés, mais ce ne sont que des emplois temporaires pour la fabrication et la pose des compteurs (19).

  • Facturation sur la base de données réelles déjà possible : argument phare de la campagne pour les compteurs Linky, il est souvent oublié que d’ores et déjà, le client peut envoyer un auto relevé pour être facturé, cela s’appelle le relevé confiance.

  • Obsolescence programmée : les compteurs actuels fonctionnent bien, ils ont une durée de vie prévue pour 50-60 ans. Les compteurs Linky sont conçus pour avoir une durée de vie de 20 ans selon Enedis, soit 3 fois moins longtemps que les précédents. Est-il donc vraiment nécessaire de changer l’intégralité des compteurs en bon état de fonctionnement ? (20 Mémento « tout savoir sur Linky » p42). Plusieurs questions peuvent alors se poser quant à la production de déchets engendrées et leur recyclage.

  • Peu de sensibilisation pour les consommateurs : un des points soulevés par Enedis est la sensibilisation des particuliers sur leur consommation grâce aux compteurs. Cependant, à cause du pilotage à distance des distributeurs, les clients n’auront pas à réfléchir à leur consommation puisque leurs fournisseurs vont eux-mêmes gérer les pics de consommation. Il est fort probable que beaucoup de personne continuent à vivre comme avant.

 

Conclusion

 

   L’Union Européenne en 2009 a recommandé d’optimiser l’utilisation de l’électricité et a cité différents moyens pour y arriver. Le déploiement des compteurs intelligents n’était pas obligatoire, d’autres choix étaient possibles. Mais Enedis avait déjà commencé à envisager ce projet de compteur dès 2007. Il y a donc eu une réflexion antérieure à la directive européenne. On nous présente ce projet comme LA solution pour les usagers, or il a été conçu dans l’intérêt d’Enedis et des fournisseurs d’électricité.

     Les radiofréquences de ces compteurs viennent s’ajouter à toutes celles déjà présentes dans notre environnement. Est-il nécessaire d’en rajouter toujours plus ? Elles sont peut-être non nocives à petite dose et sur un temps d’exposition court, mais que découvrirons-nous dans 50 ans sur les aspects cumulatifs ? ? Déjà, certaines personnes semblent plus sensibles que d’autres. Il est difficile de savoir exactement comment les choses vont évoluer.

     La durée de vie de ces nouveaux compteurs (20 ans) face à celle des anciens compteurs (60 ans) semble ridiculement courte, encore plus quand on la met en perspective avec leur coût (entre 120 et 240 euros par unité). Au lieu de dépenser des milliards dans des projets à l’obsolescence programmée, il faudrait réfléchir à long terme sur les conditions de vie future. Il serait peut être nécessaire de repenser dans un premier temps notre mode de vie actuel.

     La fabrication des compteurs Linky est répartie sur plusieurs entreprises. L’une d’entre elle concerne particulièrement l’Auvergne, c’est l’entreprise Suisse Landis+Gyr qui a son usine à Montluçon. Cette dernière s’est vu offrir une subvention de 100 000 euros par le conseil général le 6 mars 2015 (21)

     De plus, les compteurs actuels appartiennent aux communes, même si la majorité d’entre elles ont donné la gestion de leur réseau à des prestataires extérieurs (http://refus.linky.gazpar.free.fr/communes-proprietaires-compteurs-electriques.htm). Il leur est donc possible de refuser l’installation des compteurs Linky sur leur commune. Si votre commune ne souhaite pas refuser ce compteur, il est possible pour les particuliers de refuser le compteur Linky.

     Face à l’ensemble de ces éléments, si vous souhaitez refuser le compteur Linky chez vous ou dans votre commune, la FRANE vous propose ces modèles types de refus sur internet : http://refus.linky.gazpar.free.fr/


Sources :

  1. http://eur-lex.europa.eu/legal-content/fr/TXT/PDF/?uri=CELEX:32009L0072&rid=1
  2. https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=C2809212EE3953DE6D739B253911602E.tpdila21v_1?cidTexte=JORFTEXT000031044385&categorieLien=i
  3. http://www.gouvernement.fr/action/la-transition-energetique-pour-la-croissance-verte
  4. https://particulier.edf.fr/fr/accueil/contrat-et-conso/compteur/compteur-linky.html
  5. http://www.developpement-durable.gouv.fr/Qu-est-ce-que-Linky.html
  6. http://www.ademe.fr/sites/default/files/assets/documents/avis-ademe-linky-201507.pdf
  7. http://www.enedis.fr/linky-le-compteur-communicant-derdf
  8. https://www.actu-environnement.com/ae/news/solaire-erdf-installer-linky-autoconsommateurs-26801.php4
  9. http://www.robindestoits.org/VRAI-FAUX-sur-les-compteurs-%C2%A0intelligents%C2%A0-telereleve_a2187.html
  10. http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20130924.OBS8222/linky-ce-que-l-ufc-que-choisir-reproche-au-nouveau-compteur-electrique.html
  11. https://particulier.edf.fr/fr/accueil/contrat-et-conso/compteur/compteur-linky.html
  12. http://www.developpement-durable.gouv.fr/Quel-est-l-impact-du-deploiement.html
  13. https://www.anses.fr/fr/content/compteurs-communicants-des-risques-sanitaires-peu-probables
  14. http://www.iarc.fr/fr/media-centre/pr/2011/pdfs/pr208_F.pdf
  15. http://www.60millions-mag.com/2016/06/15/faut-il-avoir-peur-de-linky-10483
  16. https://blogs.mediapart.fr/ydelannoy/blog/110116/linky-pas-plus-dangereux-qu-un-reveil-ou-un-frigo-bien-plus-decrie
  17. https://www.cnil.fr/fr/compteurs-communicants-linky-la-position-de-la-cnil-sur-le-stockage-local-de-la-courbe-de-charge-0
  18. http://www.enedis.fr/sites/default/files/Courrier_Linky_Parlementaires.pdf
  19. http://www.lagedefaire-lejournal.fr/compteurs-linky/
  20. http://www.enedis.fr/sites/default/files/Enedis_incollables_2016.pdf
  21. http://www.lamontagne.fr/auvergne/actualite/departement/allier/2015/03/06/le-conseil-general-vote-une-subvention-de-100-000-euros-a-landis-gyr_11354162.html
  22. http://refus.linky.gazpar.free.fr/communes-proprietaires-compteurs-electriques.htm
  23. http://refus.linky.gazpar.free.fr/

Inscription Newsletter

ECUREUIL.png

Se connecter