Energies

 Fiche synthétique de la position de la FRANE sur la thématique des énergies en Auvergne

 

 

 

1- Enjeux environnementaux

 

Pour vivre, l’homme a besoin d’énergie (cuisson des aliments, chauffage, déplacement, productions de nourriture et de bois, manutentions diverses, etc.). Le recours aux énergies fossiles (charbon, pétrole, gaz) a permis à nos sociétés un développement très important. Malheureusement la consommation des énergies fossiles pose plusieurs problèmes environnementaux plus ou moins solubles. Autant il est possible de réduire les émissions de particules ou de soufre par des moyens techniques, autant il est impossible d’empêcher l’émission de CO2, gaz à effet de serre. Ce gaz augmente très vite dans l’atmosphère et contribue au dérèglement climatique.

 

Pour limiter les émissions de CO2 et la disparition programmée des énergies fossiles, l’exploitation d’énergies dites renouvelables est encouragée. Ces énergies proviennent de l’exploitation des cours d’eau, du vent, du soleil, de la géothermie, du bois. Qualifiées à tort d’énergies vertes, les nouvelles techniques de production se développent sans trop se soucier de leurs impacts sur l’environnement : impacts sur l’eau et les rivières, impact sur la biodiversité, impact sur les paysages, génération de déchets et de polluants divers…

 

On pourrait aussi parler de l’énergie nucléaire, destinée à pallier le manque d’énergie fossile dans les pays industrialisés et dont les impacts environnementaux restent problématiques. L’exploitation de cette énergie est aussi dangereuse pour la santé humaine, ce qui hypothèque son développement futur.

 

2- Objectifs et moyens d’action de la FRANE

 

Face au développement de tout mode de production d’énergie, la FRANE propose les objectifs suivants :

- il est impératif tout d’abord que nos sociétés réduisent leur consommation d’énergie. Malgré de nombreuses réunions, réflexions, et de nombreux plans d’action, il ne semble pas que cette voie soit vraiment suivie. La teneur de l’air en CO2 continue de grimper inexorablement.

- il est impératif ensuite de limiter le recours aux énergies fossiles à la fois en améliorant l’efficacité de leur emploi et en leur substituant des énergies moins émettrices de CO2. Sur ce point aussi il ne semble pas que ce soit la voie suivie par nos sociétés qui ne raisonnent qu’à court terme ;

- il est impératif, enfin, de développer des productions d’énergie renouvelable, mais pas à n’importe quel prix. Ce développement doit se faire dans le plus grand respect de l’environnement. Il ne semble pas non plus que ce soit la voie choisie.

La production d’énergie, quelle qu’elle soit, impacte notre environnement. Le problème est donc de minimiser cet impact. Malheureusement le fonctionnement actuel de nos sociétés ne permet pas d’aller dans ce sens. La FRANE cependant participe à la réflexion, réflexion largement entamée au niveau national par FNE et d’autres associations.

 

Ainsi la FRANE demande que des moyens de recherche accrus soient consacrés à l’exploitation de l’énergie solaire et de la géothermie. A terme ces sources d’énergie pourraient être moins problématiques que l’exploitation du vent et des rivières. A petite échelle la mise en place d’éoliennes est intéressante. A grande échelle, comme ce qui est proposé, c’est une catastrophe pour la faune volante et les paysages. Nos rivières sont déjà largement exploitées et il y a nécessité de détruire maintenant les barrages les plus  problématiques, sans en mettre d’autres en place.

 

La FRANE est très sceptique sur le développement des agrocarburants. Ce développement ne peut se faire actuellement qu’aux dépens de la production de nourriture ou suite à la déforestation. Cependant des travaux de recherche pourraient permettre d’utiliser des biomasses non alimentaires, à condition que l’impact sur l’environnement soit pris en compte, comme pour l’utilisation énergétique du bois.

 

3- Principales réalisations de la FRANE au cours des dernières années

 

La FRANE est présente dans plusieurs commissions traitant de ces questions : elle  a par exemple participé à l’élaboration de schémas éoliens (schéma régional, schéma du PNR Livradois-Forez), suit celle du schéma régional Air Climat Energie en cours, etc.  Mais il faut reconnaître que le législateur a bien « verrouillé » les procédures et qu’il est très difficile d’intervenir dans un secteur dominé par le développement économique ! Pour développer ses compétences, la FRANE suit de près les travaux de l’ADUHME et de l’ADEME.

 

La FRANE n’a pas encore édité de document ou de plate-forme sur le dossier énergie. C’est un projet qui devrait être mis en place dès que possible.

 

Inscription Newsletter

captcha 
LOUTRE.png

Se connecter