La certification PEFC : quelle éthique ?

Les associations de protection de l'environnement, qui ont participé au démarrage de PEFC en France, ont été confrontées ces dernières années à une dérive inacceptable du système. La dernière mise à jour du cahier des charges a abouti à une perte totale de crédibilité quant à la soutenabilité des pratiques certifiés, et ce malgré les demandes de nombreuses associations de protection de l'environnement.

Au printemps 2016, nos associations ont participé à la consultation publique du projet PEFC 2017-2022, intitulée « Règles de la gestion forestière durable – Exigences pour la France métropolitaine. ».

La prise en compte de nos remarques, et des remarques de l'ensemble des Associations de Protection de la Nature et de l'Environnement (APNE) en France, qui tendaient à une meilleure prise en compte de la qualité des écosystèmes, fut quasiment nulle. Les critères retenus favorisent au contraire la rentabilité économique à court terme et n'apportent désormais aucune plus-value par rapport au code forestier. A titre d'exemple, l'actuel cahier des charges autorise des coupes rases de 25 hectares en plaine, et permet d'assurer le renouvellement de la forêt par plantations et semis artificiels, y compris à grande échelle.
Face à ce constat, notre fédération nationale France Nature Environnement s'est ainsi retirée de la gouvernance de PEFC en 2016, refusant d'apporter une caution par sa présence.

 

Une certification n'a de sens que si elle favorise une exploitation éthique de la forêt en la considérant comme un milieu naturel qui abrite une très riche biodiversité, et qui rend de précieux services à la société et se doit d'être abordée en tant que tel.

 

Le système de certification PEFC, sensé permettre au consommateur d'acheter des produits de forêts gérées de manière soutenable, a été sérieusement et irrémédiablement mis en cause par l'émission « Razzia sur le bois » du magazine Cash Investigation de France 2. Ce reportage, qui montre une face affligeante de ce système, conforte notre position.

 

Nous estimons donc qu'en l'état actuel, la certification PEFC ne garantit en rien la soutenabilité de l'exploitation forestière et ne doit pas être retenue par les consommateurs comme un critère d'achat fiable et surtout pertinent. Nous souhaitons l'établissement d'une certification ambitieuse et fiable, à laquelle participerait de manière effective une société civile désireuse de
reconnecter le monde économique à son environnement.


Communiqué des associations : Nature Midi-Pyrénées et Nature Comminges
Contact : Philippe Falbet Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Quelques points de désaccord :


Nous ne pouvons ici détailler tous les points de désaccord que nous avons exprimé. Toutefois, en voici deux parmi les plus significatifs dans l'actuel cahier des charges :


2.4 « Assurer un renouvellement régulier de sa forêt par la régénération naturelle et/ou par la plantation et/ou le semis artificiel pour garantir la quantité et la qualité des ressources forestières. »
Alors que le standard précédent privilégiait la régénération naturelle, la nouvelle rédaction encourage également les plantations, y compris celles à grande échelle. Les plantations sont souvent précédées d'une coupe rase de la forêt en place.


2.6 « La coupe rase n’est pas une remise en cause de la gestion durable, il est interdit de faire une coupe rase sans reconstitution d’un peuplement d’avenir. Les surfaces de coupes rases faisant l’objet d’une sensibilité paysagère ne pourront dépasser de 2 à 5 ha en pente (≥ 30 %) et 10 à 25 ha dans les autres cas sauf cas particulier documenté. »
Pour nos associations, la coupe rase correspond à la destruction d'un milieu naturel et ne peut être considérée comme une gestion soutenable. Les suisses l'ont bien compris, la coupe rase y est interdite par la loi fédérale depuis 1876.
Une parcelle composée d'essences feuillues qui est rasée, dessouchée, puis labourée et semée en pins maritimes nous paraît être aux antipodes des critères de gestion durable et multifonctionnelle de la forêt. Pour information, le cahier des charges précédent de PEFC les limitait à 10 ha (sauf cas particulier documenté).


Les réponses de FNE Midi-Pyrénée lors de la consultation publique :
2.4 : « La plantation ne garantit en rien la qualité biologique des forêts et encore moins la capture du carbone. Privilégier le processus d'amélioration continue et de traitement irrégulier à couvert continu, nous semble bien plus certifiant que la coupe rase suivie de replantation.Rappelons que le carbone est piégé dans les sols, tout autant que dans le volume sur pied (plusieurs
études le confirment). Le nouveau texte constitue en cela un recul eu égard au dernier PEFC. »


2.6 : « Ruptures paysagères, ruptures dans les continuités écologiques, lessivage des sols, mise en lumière des essences d'ombre, destructions des habitats d'espèces, que celles ci soient protégées ou non : Il existe de nombreux arguments qui montrent que la coupe rase va à l'encontre d'une gestion durable et multifonctionnelle de la forêt. La destruction d'un écosystème ne peut être considéré comme une gestion durable. Nous trouvons scandaleuse l'augmentation des seuils (nombre
d'hectares tant en plaine qu'en zones de pente) par rapport au dernier PEFC. La coupe rase en zone de pente et de montagne est dangereuse (lessivage des sols, glissements de terrain). »

Inscription Newsletter

captcha 
Mascotte_coeur.png

Se connecter