Santé-environnement

Sous-catégories

La France a reçu, le 15 Février 2017, un « avis motivé » de la Commission européenne pour non-respect des normes de pollution de l’air au dioxyde d'azote (NO2) dans 19 zones du territoire. La Commission européenne a lancé un dernier avertissement à cinq pays dont la France : ils ont jusqu’au 15 avril pour agir contre la pollution de l'air. Il s’agit de la dernière étape avant une assignation possible de notre pays devant la Cour de justice de l'Union européenne.

Un nouveau plan micropolluants a été arrêté par l’Etat pour la période 2016 – 2021.

L’élaboration de ce plan correspond à la réalisation de l’action 53 du PNSE3 (plan national santé environnement). Comme écrit dans le PNSE3 ce nouveau plan « micropolluants » intègre deux items qui faisaient préalablement l’objet de plans spécifiques 1) les « résidus de médicaments dans les eaux », 2) les PCB.

Il est téléchargeable avec ce lien :

http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/Plan_micropolluants_2016-_2021.pdf

La personne qui a suivi l’élaboration de ce plan, au sein de FNE, est Claude Champredon, membre du directoire du Réseau Santé Environnement.

pollution air montagne Marion Perrot 2

 

 

 

Jeudi 30 Juin 2016, les États Membres et les institutions européennes sont parvenus àun accord sur les plafonds nationaux d’émissions concernant cinq polluants atmosphériques (PM2,5, NOx, SO2, NH3 et COV). La révision de la directive NEC (plafonds nationaux d’émissions) n’a pas été de tout repos, tout ça pour aboutir à un accord décevant tant il fait la part belle aux industries et à l’agriculture conventionnelle au détriment de la santé des citoyens européens !

Le sujet des nouveaux OGM mérite un réel débat sociétal et scientifique, impossible au sein du Haut Conseil des Biotechnologies. C’est pourquoi aujourd’hui, nos sept organisations de la société civile (Les Amis de la Terre, la Confédération paysanne, la Fédération Nationale de l’Agriculture Biologique, France Nature Environnement, Greenpeace, le Réseau Semences Paysannes et l’Union Nationale de l’Apiculture Française) démissionnent conjointement de cette instance, aux mains des lobbyistes de l’agrochimie et des OGM.

Tags: ,

 

La première Journée nationale de la qualité de l’air, qui a lieu ce vendredi 25 septembre 2015, est l’une des actions de la feuille de route de la conférence environnementale 2014. Plutôt que de simplement sensibiliser les citoyens à la nécessité d’agir, il est temps que les collectivités locales et le gouvernement passent à l’action. Ils ont toutes les cartes en main pour le faire !

 

 

Malgré la crise les Français continuent de se préoccuper d’environnement. Tel est le premier enseignement de ce sondage. A noter également qu’au regard de la couleur politique des sondés, on remarque que l’écologie politique n’est plus l’apanage d’un seul parti. Que l’on parle des transports, de l’agriculture, des énergies renouvelables, des repas sans viande dans les cantines ou encore du retour de la consigne, les Français se préoccupent de leur environnement et dessinent des priorités pour les futurs élus de leur région.

 

20 à 30 milliards d’euros de coûts sanitaires causés chaque année par la pollution de l’air en France : voilà les chiffres dont disposait le public jusqu’à aujourd’hui. Ce mercredi 15 juillet 2015, le Sénat a publié une enquête qui bouleverse les ordres de grandeur et conclut à une facture de plus de 100 milliards d’euros par an à cause de l’air pollué. Pour France nature environnement ; la Fondation Nicolas Hulot et le Réseau Action Climat, si le constat ne change pas, l’urgence reste d’actualité et commande de mieux réguler.

 

Les 28 ministres européens se rencontrent à Bruxelles le 15 juin pour établir de nouvelles limites réglementaires de pollution de l’air dans le cadre de la directive NEC . Malheureusement, ils réclament des objectifs qui demeurent en deçà des enjeux. Première victime de ce manque d’ambition, les émissions du secteur agricole risquent de ne plus être prises en compte.


Un manque d’ambition patent

La directive NEC, actuellement révisée à Bruxelles, réglemente les niveaux de polluants que chaque Etat européen est autorisé à émettre et fixe des objectifs pour 2020, 2025 et 2030. Les Etats rechignent à se montrer ambitieux et parlent de réviser la manière dont sont fixés les objectifs de réduction, pour pouvoir les faire baisser.

Inscription Newsletter

ECUREUIL.png

Se connecter