Sentinelles de la nature

Sommaire

Eclairage

Signalez-nous des manquements à la réglementation : bâtiments non résidentiels allumés après 1h du matin ou publicités lumineuses non éteintes entre 1h et 6h (sauf dérogations)

Les enjeux de l'éclairage nocturne

L'éclairage artificiel est de plus en plus présent et permet de réaliser des activités nocturnes dans de bonnes conditions de sécurité. Cependant, on assiste aujourd'hui à une utilisation sans
limites de l'éclairage nocturne à des fins de publicité, de « mise en valeur de monuments » ou d'éclairage public pour répondre à une demande supposée des habitants. L'éclairage public représente actuellement la dépense énergétique la plus importante pour les communes. Les agglomérations sont éclairées en continu et au même niveau d'intensité tout au long de la nuit.

Cet éclairage systématique crée un halo lumineux qui nous empêche de voir le ciel étoilé. Seules les étoiles les plus lumineuses arrivent à percer ; il faut désormais aller en haute montagne ou dans des zones très reculées pour rêver au spectacle des milliards d'étoiles et de la voie lactée. Les impacts les plus évidents de la pollution lumineuse s'observent pour la faune.
Les animaux nocturnes, en particulier, réagissent en général fortement à l'éclairage artificiel :
• certains sont attirés comme ces insectes que l'on retrouve piégés autour des lampadaires et qui meurent d'épuisement ou brûlés par la chaleur ;
• pour d'autres l'éclairage artificiel représente, au contraire, une barrière infranchissable qui morcelle les territoires en interrompant des corridors écologiques.
Les mammifères payent un lourd tribut sur les routes lorsqu'ils sont éblouis et désorientés par les phares et l'éclairage artificiel perturbe également les oiseaux migrateurs nocturnes.

Un éclairage public mal pensé ou trop important peut présenter également une gêne pour les habitants. Certains lampadaires éclairent autant les façades des immeubles que le trottoir, tout au long de la nuit, et obligent ainsi les habitants à se calfeutrer derrières leurs volets même en plein été.L'homme, comme tous les animaux, a besoin d'un rythme jour-nuit pour le
respect de son horloge biologique.

Les astronomes ont été parmi les premiers à s'organiser contre cette pollution et à proposer des solutions au problème : éclairer moins et de façon raisonnable et
utiliser certains types de lampadaires qui ne diffusent pas la lumière dans le ciel.

Un cadre réglementaire en évolution

Certains pays ont pris des mesures réglementaires spécifiques pour diminuer la pollution lumineuse : la République tchèque a été la première, en 2002, à légiférer contre les nuisances lumineuses ; en Italie, 13 provinces ont pris des lois régionales contre la pollution lumineuse ; au Royaume Uni la notion de pollution lumineuse a été introduite dans le « Clean Neighbourhoods and Environment Act » au même titre que les nuisances dues au bruit et aux odeurs.
En France, seuls certains types d’éclairages spécifiques sont réglementés et soumis à autorisation préfectorale :
- les enseignes publicitaires dans un objectif de protection du cadre de vie et de sécurité routière (loi n° 79-1150 du 29 décembre 1979)
- les enseignes à faisceau de rayonnement laser (loi du 2 février 1995).

Inscription Newsletter

captcha 
Mascotte_coeur.png

Se connecter