U Levante, victime d'un attentat

Les associations de FNE, en défendant la nature, défendent l’intérêt public

 

Dans la nuit du 20 au 21 novembre, la maison d'une membre de la direction de l’association U Levante, membre de France Nature Environnement, a subi un attentat qui aurait pu lui coûter la vie. FNE condamne fermement cet acte et rappelle qu’U Levante, comme d’autres associations du mouvement FNE, lutte ardemment contre l’artificialisation des territoires et du littoral qui, de façon légale ou illégale, détruit notre biodiversité, notre patrimoine naturel, et nous expose aux dangers liés aux risques naturels.

 

 

Les associations membres de FNE jouent un rôle essentiel et irremplaçable.

 

Les plus de 3 500 associations, réunies au sein de FNE, implantées sur tout le territoire, utilisent tous les moyens légaux mis à leur disposition pour lutter contre cette destruction des espaces naturels et agricoles et forestiers. Qu’il s’agisse d’actions en justice ou bien d’actions de sensibilisation et d’éducation à l’environnement, elles entendent freiner un phénomène dû à une régulation insuffisante de l’État et à une spéculation immobilière débridée. U Levante, au service de la nature et de l’environnement, est au service de l’Homme, qui fait partie de cette biodiversité vitale. Elle est en pointe sur la défense de la loi littorale et nous lui devons une part de ce qui fait, encore aujourd’hui, de la Corse, l’île de beauté. Association indépendante elle défend le territoire, son patrimoine naturel, l’intérêt public. Son indépendance est l’une des conditions de sa fiabilité et de sa crédibilité. S’attaquer à elle c’est s’attaquer aux intérêts des Corses et de tous les autres Français qui subissent la dégradation de leur environnement. C’est s’attaquer à l’intérêt public.

 

En Corse, comme ailleurs, la préfecture a l’obligation de statuer sur la légalité des permis de construire accordés par des maires qui subissent la pression de la spéculation immobilière à laquelle s’ajoute la politique du « fait accompli » d’entrepreneurs « indélicats ». FNE s’associe à la demande de U Levante : l’application des lois par les édiles communaux et les représentants de l’Etat.

 

Denez L’Hostis, président de FNE : « Nous dénonçons avec force cette agression inqualifiable. Plus que jamais, face à la pression immobilière, nous avons besoin des associations qui, elles, n’ont aucun intérêt financier à voir notre territoire s’artificialiser à marche forcée. Contrairement à ce que les porteurs de projets ont parfois tendance à faire croire, les associations ne sont pas du côté de l’illégalité mais constituent bien un rempart face à l’appétit sans limite de ceux qui, trop souvent, artificialisent nos espaces naturels, même sans autorisation. »

 

Vous souhaitez faire un don?

Faire un don à la FRANE c'est nous soutenir dans toutes nos actions et nous permettre d'être indépendant de financements publics ou privés.

En ligne c'est par ici.

Lire la suite...

Inscription Newsletter

captcha 
ECUREUIL.png

Se connecter