National et International

La directive européenne 2009/28/CE relative à la promotion de l’utilisation des énergies renouvelables (EnR) a incité les États membres à développer la part de ce type d’énergie dans leur bouquet énergétique. Dans son plan d’action national de 2010, la France s’était fixé un objectif à l’horizon 2020 de 23% d’EnR dans sa consommation finale d’énergie, dont la moitié issue de la biomasse. Cet objectif est conforté par la loi relative à la transition énergétique, promulguée en août 2015, qui porte la part des énergies renouvelables à 32 % de son bouquet énergétique en 2030.

Dans ce cadre, le Ministère en charge de l’Agriculture a confié à FranceAgriMer la mise en place d’un Observatoire National des Ressources en Biomasse (ONRB), ayant pour objectif principal le recensement et l’estimation des ressources et des usages. L’actuelle synthèse de l’ONRB est disponible sur le site internet de FranceAgriMer.

Ces dernières semaines, les attaques se sont multipliées contre le chauffage au bois,accusé d’être responsable de l’essentiel de la pollution de l’air. Or, s’il est indéniable que les cheminées à foyer ouvert émettent partiellement des particules et gaz nocifs pour l’environnement et la santé, rappelons qu’elles ne le font que de façon saisonnière, en hiver, alors que la pollution liée aux transports nous nuit toute l’année et reste responsable de l’essentiel de la pollution à laquelle les urbains sont confrontés. En ville, ce sont les automobiles qui sont responsables de la pollution. Cette réalité objective s’impose à tous, au-delà des postures ou artifices conjoncturels.

Les ONG européennes Bird-life et T&E révèlent aujourd’hui de nouvelles preuves à charge à propos de l’impact sur le climat de la politique européenne en ce qui concerne les énergies issues de la biomasse (ou bioénergies). Fondé sur une synthèse scientifique et des investigations concernant des projets à travers toute l’Europe, elles publient le Livre Noir des Bioénergies. Cette publication présente de nombreuses études de cas qui illustrent parfaitement le revers de la médaille des bonnes intentions de la politique énergétique européenne.

Afin d'amplifier la dynamique des "coins nature dans les écoles et collèges", Ségolère Royal a lancé un appel à manifestation d’intérêt pour 10 000 coins nature dans les écoles et collèges de France.

Concrètement, 10 000 établissements scolaires pourront bénéficier d’une subvention de 500€ pour chaque coin nature installé.

Epinglée trois fois en 2015 pour Greenwashing, EDF a encore été rappelée à l’ordre par le Jury de la Déontologie Publicitaire en octobre 2016. Quatre avis défavorables prononcés par le JDP en moins deux ans. Un record !

 

Alors que depuis 2015 les signaux d’alerte se succèdent, EDF et l’Etat  (actionnaire à 85% d’EDF) persistent et signent : le conseil d’administration d’EDF a décidé ce jeudi 28 juillet d’enfermer la France dans le tout nucléaire en confirmant le projet d’EPR d’Hinkley Point en Angleterre. Pour FNE, cette décision est en contradiction totale avec la loi de transition énergétique et sera lourde de conséquences. FNE demande à l’Etat de revenir à la raison.

La ministre de l'environnement a organisé fin juillet à l'Elysée une fête d'anniversaire de la Loi pour la transition énergétique.

FNE a du coup travaillé avec les autres ONG à la rédaction d'un dossier de presse pour l'anniversaire de la loi Energie pour marquer le coup avec notre point de vue.

 

Tags:

Alors que le projet de loi de reconquête de la biodiversité devrait être adopté avant l’été par le parlement, la ministre de l’Environnement vient d’annoncer, en clôture de la conférence environnementale 2016 la construction de plus d’une centaine de petites centrales hydroélectriques.

Le projet COP21 a constitué un axe structurant de l’action de FNE pendant ces deux dernières années. De par sa dimension et son caractère innovant, il a représenté une première pour la fédération. Aussi s’avérait-t-il nécessaire d’en faire une analyse la plus exhaustive possible en s’attachant à étudier le « pour quoi » et le « comment ».

La COP21 a accouché d'un accord unanimement salué. Une victoire pour Paris, mais plusieurs points restent en suspens. Pour parler des avancées de ce texte mais aussi de ses oublis, Actu-Environnement a réuni sur son plateau des représentants des sphères politique, associative et entrepreneuriale.

 

La présidence française de la COP21 a fait de l’engagement des initiatives non étatiques en matière de climat une de ses priorités. Rassemblées dans le « Lima-Paris-Actions-Agenda » (LPAA), toutes ces actions doivent compléter les engagements des Etats qui se retrouveront dans le futur accord. Si l’intention est louable, la mise en pratique est plus problématique. Tout n’est pas bon à prendre en matière de lutte contre le réchauffement planétaire et les risques de promotions de « fausses solutions » sont bien réels. Décryptage de FNE.

 

Journaliste, spécialiste de l'environnement – passée durant 15 ans par Libération –, Laure Noualhat a co-écrit et co-réalisé le documentaire Climatosceptiques : la guerre du climat. Une plongée passionnante – et déroutante – au coeur d'un groupe d'agitateurs politiques dont les visées dépassent allègrement les seules questions scientifiques.

Inscription Newsletter

herisson.png

Se connecter