National et International

— Communiqué FNE —
 

Programmation pluriannuelle de l’énergie : l’heure des annonces historiques ? Chiche !

 

Le mois dernier, le Président a annoncé des décisions « historiques » à venir pour l’environnement. Alors que la première version de la programmation pluriannuelle de l’énergie sera présentée ce 27 novembre, France Nature Environnement veut croire que cette feuille de route de la transition énergétique de la France sera cohérente avec les engagements de la loi pour la transition énergétique de 2015 et avec les ambitions climatiques de la France à la veille de la COP24. Réduction des consommations, développement des énergies renouvelables, feuille de route pour l’évolution du parc nucléaire… la PPE contiendra-t-elle les annonces tant attendues ?

 

Les vitrines, enseignes, façades des bâtiments non résidentiels et locaux des entreprises sont-ils éteints la nuit, comme le demande la loi ? C’est ce qu’ont cherché à savoir les associations de la fédération France Nature Environnement, en sillonnant de nuit une trentaine de communes de l’hexagone. L’opération #RendezVousLaNuit a permis de relever plus d’un millier d’irrégularités en une nuit… Le constat est sans appel : la réglementation, permettant de réduire la consommation d’énergie et la pollution lumineuse aux impacts désastreux sur la santé et la biodiversité, n’est toujours pas appliquée.

 

 

 

FNE met à disposition sur son site internet une pétition qui sera envoyé par mail aux 74 eurodéputés français, au sujet du danger que représentent les nouvelles directives énergies renouvelables.

Pour signer la pétition et/ou avoir plus d'informations sur le sujet : https://www.fne.asso.fr/actualites/eurod%C3%A9put%C3%A9s-ne-rasons-pas-for%C3%AAts-et-espaces-naturels-pour-produire-de-l%C3%A9nergie

 

Les médias ont révélé à plusieurs reprises la suspicion d’une triche concernant le dispositif de dépollution à l’AdBlue. L’AdBlue est un additif ajouté aux moteurs diesels les plus récents afin de réduire fortement leurs émissions d’oxydes d’azote. Ce dispositif peut être contourné par l’installation d’un boitier très bon marché, produit proposé par une entreprise française sur internet.

Quel est ce dispositif ?

Contrairement à une idée reçue, la première énergie renouvelable en France, comme en Europe, n’est pas l’hydroélectricité, l’éolien ou encore le solaire. 65 % de la production totale d’énergies renouvelables en Europe vient... des bioénergies. Ce terme regroupe l'ensemble des énergies produites à partir de matière biologique : bois, productions agricoles ou encore déchets organiques sont ainsi utilisés pour produire de l'électricité, de la chaleur, des carburants. En France, les bioénergies représentent presque 60% de la production d’énergies renouvelables. Quels sont les différents types de bioénergies ? Quels sont les bonnes pratiques et risques liés à chaque filière ? France Nature Environnement fait le point.

 

"Lors de la COP 23, ce n’est pas l’objectif des 2 °C qu’il faut enterrer mais les décisions politiques et économiques qui ne sont pas à la hauteur des enjeux. Annoncé à Bonn avec Angela Merkel, Emmanuel Macron accumule pourtant des décisions contradictoires avec l’impératif climatique. À cette occasion, Attac France publie un nouveau rapport qui, en douze fiches, pointe quelques-unes des voies à suivre pour un véritable sursaut politique qui ne se limite pas à de beaux discours."

Cliquez sur ce lien pour avoir accès au rapport.

 

Ce lundi 10 juillet Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire, s'est engagé à respecter la loi sur la transition énergétique qui vise à ramener de 75% à 50% la part de l'atome dans la production d'électricité d’ici 2025. Il a même précisé que cet objectif avait pour conséquence la fermeture inéluctable de 17 réacteurs. Pour France Nature Environnement, cette annonce, plutôt cohérente avec les objectifs de la Loi, doit être le fil conducteur de la prochaine programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE).

 

Tags:

La directive européenne 2009/28/CE relative à la promotion de l’utilisation des énergies renouvelables (EnR) a incité les États membres à développer la part de ce type d’énergie dans leur bouquet énergétique. Dans son plan d’action national de 2010, la France s’était fixé un objectif à l’horizon 2020 de 23% d’EnR dans sa consommation finale d’énergie, dont la moitié issue de la biomasse. Cet objectif est conforté par la loi relative à la transition énergétique, promulguée en août 2015, qui porte la part des énergies renouvelables à 32 % de son bouquet énergétique en 2030.

Dans ce cadre, le Ministère en charge de l’Agriculture a confié à FranceAgriMer la mise en place d’un Observatoire National des Ressources en Biomasse (ONRB), ayant pour objectif principal le recensement et l’estimation des ressources et des usages. L’actuelle synthèse de l’ONRB est disponible sur le site internet de FranceAgriMer.

Ces dernières semaines, les attaques se sont multipliées contre le chauffage au bois,accusé d’être responsable de l’essentiel de la pollution de l’air. Or, s’il est indéniable que les cheminées à foyer ouvert émettent partiellement des particules et gaz nocifs pour l’environnement et la santé, rappelons qu’elles ne le font que de façon saisonnière, en hiver, alors que la pollution liée aux transports nous nuit toute l’année et reste responsable de l’essentiel de la pollution à laquelle les urbains sont confrontés. En ville, ce sont les automobiles qui sont responsables de la pollution. Cette réalité objective s’impose à tous, au-delà des postures ou artifices conjoncturels.

Les ONG européennes Bird-life et T&E révèlent aujourd’hui de nouvelles preuves à charge à propos de l’impact sur le climat de la politique européenne en ce qui concerne les énergies issues de la biomasse (ou bioénergies). Fondé sur une synthèse scientifique et des investigations concernant des projets à travers toute l’Europe, elles publient le Livre Noir des Bioénergies. Cette publication présente de nombreuses études de cas qui illustrent parfaitement le revers de la médaille des bonnes intentions de la politique énergétique européenne.

Afin d'amplifier la dynamique des "coins nature dans les écoles et collèges", Ségolère Royal a lancé un appel à manifestation d’intérêt pour 10 000 coins nature dans les écoles et collèges de France.

Concrètement, 10 000 établissements scolaires pourront bénéficier d’une subvention de 500€ pour chaque coin nature installé.

Epinglée trois fois en 2015 pour Greenwashing, EDF a encore été rappelée à l’ordre par le Jury de la Déontologie Publicitaire en octobre 2016. Quatre avis défavorables prononcés par le JDP en moins deux ans. Un record !

 

Alors que depuis 2015 les signaux d’alerte se succèdent, EDF et l’Etat  (actionnaire à 85% d’EDF) persistent et signent : le conseil d’administration d’EDF a décidé ce jeudi 28 juillet d’enfermer la France dans le tout nucléaire en confirmant le projet d’EPR d’Hinkley Point en Angleterre. Pour FNE, cette décision est en contradiction totale avec la loi de transition énergétique et sera lourde de conséquences. FNE demande à l’Etat de revenir à la raison.

Inscription Newsletter

captcha 
ECUREUIL.png

Se connecter