Actualités

Comme chaque année, la LPO et le Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN) organisent un comptage national des oiseaux des jardins le dernier week-end de mai. Tous les citoyens sont ainsi invités à participer pour faire avancer les connaissances sur ces oiseaux. Il suffit de consacrer 1h de son week-end à l’observation de l’avifaune qui peuple son jardin. Cette opération permettra de savoir quelles sont les espèces qui fréquentent ces zones en cette période. Lors du comptage de mai 2016, c’est le merle noir qui avait été observé dans le plus de jardin (80%). Qu’en sera-t-il cette année ?

Et vous, quels sont les oiseaux que vous observez dans votre jardin en cette période ?

Pour prendre part à l’opération cette année, il vous suffit de choisir un lieu de comptage et d’y compter les oiseaux durant 1h, puis de transmettre vos observations directement sur le site internet du programme : www.oiseauxdesjardins.fr.

En détails :

  1. Choisir un jour d’observation : samedi 27 ou dimanche 28 mai et un créneau horaire d’une heure exactement.
  2. Trouver un lieu d’observation. Un jardin privé ou un parc public, peu importe sa taille, urbain ou campagnard. Il est possible de participer sur un balcon.
  3. Compter et noter durant 1 heure tous les oiseaux qui fréquentent le jardin. Pour vous aider à identifier les oiseaux, une fiche est à votre disposition. Elle présente les 52 espèces les plus fréquemment observées dans les jardins.
  4. Transmettre les donnéessur le site de l’Observatoire des oiseaux des jardins : www.oiseauxdesjardins.fr

Tout le monde peut prendre part au comptage ! Pas besoin de matériel particulier : un papier, un crayon et un accès internet suffisent.

Et si besoin, l’équipe de l’Observatoire est à la disposition des participants pour les aider à identifier un oiseau inconnu. Il suffit d’envoyer une photo de « l’oiseau non identifié » à cette adresse : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Plus d’informations

Consultez le site Internet dédié à l’opération www.oiseauxdesjardins.fr.

Opération réalisée par la LPO et le Muséum national d’Histoire naturelle dans le cadre des programmes VigieNature.

Cette année et pour la première fois, les partenaires de faune-auvergne ont le plaisir de vous proposer une synthèse des données saisies en 2016 dans la base de données ! Vous pourrez ainsi revenir sur les temps forts et les espèces d’oiseaux, mammifères, reptiles, amphibiens, odonates, rhopalocères et orthoptères qui ont marqué l’année en Auvergne.

Il est consultable à ce lien : http://www.lpo-auvergne.org/sites/default/files/fichiers-1127/synthese_fa_2016.pdf

Au titre de la directive communautaire « Habitats » (zones spéciales de conservation), plusieurs arrêtés ministériels portant désignation de sites Natura 2000 en Auvergne viennent d’être publiés :

 

  • Arrêté du 6 janvier 2017 portant désignation du site « Plaine des Varennes » (JORF du 17 janvier 2017) :

https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000033876708&dateTexte=&categorieLien=id

Le site s'étend dans le département du Puy-de-Dôme sur une partie du territoire des communes suivantes :

Le Conseil Régional Auvergne-Rhône-Alpes considère maintenant les chasseurs comme des spécialistes de la biodiversité, plus compétents que les naturalistes et les biologistes, et donc passe avec eux contrat pour des études sur la faune pendant 3 ans.

 Dans ce contrat il est prévu un axe important : préserver et améliorer la biodiversité ! Un autre concerne la communication et le partage de l’espace !

 

Retrouvez ci-dessous les arrêtés portant désignation de 5 nouveaux site N2000 (zone spéciale de conservation) :

- Dore et affluents

- Val d’Allier/Vieille-Brioude/Langeac

- zones humides de la région de Riom-ès-Montagne (zone spéciale de conservation)

- vallées et piémonts du Nord-Forez

- forêt de Tronçais

- Contreforts et Montagne bourbonnaise (gîte à chauve-souris)

- Gorges du Chavanon

 

2015, année du climat. A ce sujet, n'oublions pas que la COP 21 a été précédée en juillet dernier par la 9ème conférence internationale sur le climat urbain qui a réuni à Toulouse 600 scientifiques pour plancher sur la question de « l’îlot de chaleur urbain ». En réaction à ces évènements hautements médiatisés, n’avons-nous pas envie de pousser ce cri du coeur qui est aussi un élan de bon sens : « Donnez-nous de l’ombre ! »
De l’ombre, mais pas n’importe laquelle. Foin de l’ombre des parasols et autres stores, foin de celle des vérandas et abris béton de toutes sortes, et que dire de l’ombre rachitique de ces rangées d’arbres circoncis qui font potiche dans nos rues et sur nos places ?

Une petite info de terrain toute fraîche venant de Fabrice, un bénévole de Chauve-Souris Auvergne installé dans le Cantal, qui a eu la chance d'observer 7 Minioptères de Schreiber en compagnie de 22 Grands Rhinolophes dans un site dans l'ouest de ce département !

Cette observation est remarquable par l'effectif puisque jusqu'à maintenant les observations de cette espèce méditerranéenne concernaient 1 ou 2 individus maximum.

 


Ceci tend à confirmer que l'espèce est plus régulière qu'il n'y parait dans notre région, en particulier dans le Cantal, probablement en relation avec les populations de Corrèze et du Lot. Cette période de l'année où les animaux qui font preuve d'une grande mobilité favorise aussi probablement l’apparition de cette espèce dans notre région. Peut-être aurons-nous la chance que quelques individus restent de nouveau passer l'hiver en Auvergne ?!

 

Inscription Newsletter

Mascotte_coeur.png

Se connecter